Québec en avant

Pour un Québec fort et prospère

Projet

Gentilly-2

  • Catégorie : Ressource naturelle
  • Sous-catégorie : Hydro-électricité
  • Région : Centre du Québec
  • Annulé

En bref

Projet de réfection en attente de décision

 

En 2011, le gouvernement du Québec a demandé à Hydro-Québec de produire un état de la situation et fournir toutes les informations pertinentes afin de lui permettre de prendre une décision éclairée et réfléchie sur l'avenir de la centrale.

Description

Parmi les aspects les plus importants du projet de réfection de la centrale figurent le retrait des grappes de combustible, le remplacement de composants du réacteur et des ordinateurs de contrôle ainsi que la modernisation du groupe turbo-alternateur et des ordinateurs de contrôle.

Pour assurer l'entreposage des résidus qui seront générés par la réfection de la centrale, Hydro-Québec a construit une installation additionnelle, les installations de gestion des déchets radioactifs solides (IGDRS). La construction de cette installation a été réalisée entre 2009 et 2010.

Retombées économiques

  • Maintien d’environ 750 emplois et des retombées économiques régionales directes de l’ordre de 110 M$.
  • Maintien des connaissances, des compétences et de l’expertise acquise au fil des ans par le personnel de la centrale, par les fournisseurs régionaux et québécois et par les institutions d’enseignement spécialisées.
  • Le projet de réfection générera 800 emplois supplémentaires aux emplois existants à la centrale, ainsi que des retombées économiques de 600 M$ au Québec, dont 200 M$ en région.

Échéancier

Autorisations gouvernementales:

  • 2004: audience publique du BAPE en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement.
  • 2006: audience publique de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) sur la construction de l’IGDRS et la réfection de la centrale.
  • 2010: demande de renouvellement du permis d’exploitation de la centrale par la CCSN, qui spécififie les conditions de remise en service de la centrale à la suite des travaux de réfection.

Les étapes de l’ingénierie détaillée et de l’approvisionnement ont débuté en 2008. Les travaux étaient prévus de débuter en 2011, mais ils ont été retardés d'un an parce qu\'Hydro-Québec voulait en réviser l'échéancier. En mars 2011, la commission canadienne de sûreté nucléaire a tenu des audiences sur le projet.

Autorisations gouvernementales:

·         2004: audience publique du BAPE en vertu de la Loi sur la qualité de l’environnement.

·         2006: audience publique de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) sur la construction de l’IGDRS et la réfection de la centrale.

·         2010: demande de renouvellement du permis d’exploitation de la centrale par la CCSN, qui spécififie les conditions de remise en service de la centrale à la suite des travaux de réfection.

Les étapes de l’ingénierie détaillée et de l’approvisionnement ont débuté en 2008. Les travaux étaient prévus de débuter en 2011, mais ils ont été retardés d'un an parce qu'Hydro-Québec voulait en réviser l'échéancier. En mars 2011, la commission canadienne de sûreté nucléaire a tenu des audiences sur le projet.

Mise à jour le 2012-10-16 15:08:58