Québec en avant

Pour un Québec fort et prospère

Dossier

L'éolienne

En bref

À l’échelle mondiale, l’énergie éolienne connaît une croissance très rapide, à un taux annuel moyen de plus de 26 % depuis 1990.

Description

À l’échelle mondiale, l’énergie éolienne connaît une croissance très rapide, à un taux annuel moyen de plus de 26 % depuis 1990, et la puissance installée totale des parcs éoliens atteignait 94 GW à la fin de 2007.

Hydro-Québec s’intéresse à l’énergie éolienne depuis 1975. À cette époque, grâce à des travaux effectués à l’Institut de recherche d’Hydro-Québec, on a procédé à l’installation d’une éolienne à axe vertical de 40 kW. D’autres essais effectués sur les sites des Îles-de-la-Madeleine, de Kuujjuaq et de Matane ont par la suite contribué à faire évoluer les technologies.

L’intérêt pour l’énergie éolienne s’est accentué au Québec au début des années 2000. Cette énergie renouvelable est désormais perçue comme un complément naturel à l’hydroélectricité.

Le Plan stratégique 2002-2006 d’Hydro-Québec, publié à l’automne 2001, énonçait déjà l’engagement de l’entreprise à appuyer le développement du potentiel éolien au Québec par un programme d’achats ciblés. Entre 2002 et 2004, Hydro-Québec Production a agi comme précurseur en concluant des contrats pour l’achat d’électricité d’origine éolienne auprès de producteurs privés, pour un total de presque 500 MW.

Appels d’offres d’Hydro-Québec Distribution

À l’heure actuelle, le développement de la filière éolienne au Québec s’effectue dans le cadre d’appels d’offres lancés par Hydro-Québec et approuvés par la Régie de l’énergie. Les projets sont sélectionnés en fonction de critères qui reflètent les préoccupations du gouvernement.

Premier appel d’offres

Dans la foulée d’une décision prise le 5 mars 2003 par le gouvernement du Québec, Hydro-Québec Distribution lançait, en mai 2003, un premier appel d’offres pour l’acquisition de 1 000 MW de puissance produite à partir d’éoliennes. Les parcs éoliens et les installations de fabrication et d’assemblage des nacelles devaient être implantés dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Matane et la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Les contrats ont été attribués en octobre 2004. La sélection tenait compte du coût unitaire le plus faible, raccordement et transport compris.

Le coût total moyen des offres retenues est de 8,3 ¢/kWh en dollars de 2007 (coût total = prix moyen de 6,5 ¢/kWh + coût de transport de 1,3 ¢/kWh + coût de 0,5 ¢/kWh pour le service d’équilibrage en vertu de l’entente d’intégration éolienne signée avec Hydro-Québec Production).

Deuxième appel d’offres

Hydro-Québec Distribution a lancé, le 31 octobre 2005, un appel d’offres pour l’acquisition de 2 000 MW additionnels d’énergie éolienne.

Ce deuxième appel d’offres était ouvert à toutes les régions du Québec. En vertu du décret du gouvernement du Québec, un minimum de 30 % du coût des éoliennes devait être engagé dans la MRC de Matane et la région administrative de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. De plus, les promoteurs devaient convenir d’effectuer un minimum de 60 % des dépenses globales au Québec

Le 5 mai 2008, Hydro-Québec annonçait qu’elle avait retenu quinze soumissions totalisant 2 004 MW pour l’achat d’énergie éolienne produite au Québec. Les projets visés représentent des investissements de l’ordre de 5,5 G$, dont 1,1 G$ en transport.

Les contrats ont été signés en juin 2008 et ont été soumis à la Régie de l’énergie pour approbation. Les promoteurs devront obtenir les autorisations environnementales et les autorisations des instances municipales concernées avant de procéder aux travaux. Les livraisons d’électricité pour ces projets débuteront entre 2011 et 2015.

Troisième appel d’offres à venir prochainement

Le 14 mai 2008, le gouvernement publiait dans la Gazette officielle du Québec deux projets de règlement pour l'attribution de deux blocs d'énergie éolienne de 250 MW chacun, l'un pour des projets mis de l'avant par les collectivités locales et l'autre portant sur le bloc de 250 MW d'énergie éolienne pour des projets issus des communautés ou nations autochtones. Le gouvernement a édicté les règlements finaux le 29 octobre 2008. Ainsi , Hydro-Québec Distribution pourra procéder prochainement au lancement de l'appel d'offres des deux blocs d'énergie éolienne, une fois que la grille de sélection des offres sera approuvée par la Régie de l'énergie.

 

 Téléchargez la carte (PDF / 1.05Mo)

Le lundi 20 décembre 2010, Hydro-Québec Distribution annonce qu'elle retient 12 soumissions pour un total de 291,4 MW visant l'achat de deux blocs distincts de 250 MW d'électricité produite au Québec, l'un issu de projets autochtones et l'autre de projets communautaires.

L’avenir

Conformément à l’objectif fixé dans La stratégie énergétique du Québec 2006-2015, la puissance installée des parcs éoliens du Québec devrait atteindre 4 000 MW à l’horizon de 2015.

D’après les plus récentes estimations de l’Association canadienne de l’énergie éolienne (Canwea), les projets éoliens représentent un investissement global de l’ordre de 7,5 G$.

Par ailleurs, la réalisation de ces projets pose de nombreux défis, notamment pour l’intégration de la production éolienne au réseau d’Hydro-Québec.

 

Les défis de l’intégration

La capacité d’intégration d’Hydro-Québec augmentera avec la mise en service de nouvelles centrales hydroélectriques. Hydro-Québec entend devenir une référence mondiale en matière d’intégration de l’énergie éolienne à un grand réseau électrique.

Deux facteurs favorisent l’intégration de cette énergie au Québec :

  • la bonne couverture du territoire par le réseau de transport, y compris dans des zones éloignées;
  • la présence de centrales hydroélectriques avec de grands réservoirs, qui permettent de compenser instantanément l’intermittence du vent par un apport d’énergie.

L’intégration de l’énergie éolienne comporte trois volets :

Intégration au réseau de transport

Compte tenu de la variabilité du vent, l’énergie éolienne fournit une contribution en puissance incertaine comparativement à celle des autres moyens de production. Cet élément devient encore plus critique en période de pointe. Il faut aussi savoir que le facteur d’utilisation d’un parc éolien se situe généralement entre 25 et 35 %.

Entente d’intégration éolienne

Une entente d’intégration éolienne d’une durée de cinq ans a été signée en juin 2005 entre Hydro-Québec Distribution et Hydro-Québec Production. En vertu de cette entente, qui a été approuvée par la Régie de l’énergie en février 2006, Hydro-Québec Production comble les écarts de la production éolienne par de l’hydroélectricité. Hydro-Québec Distribution peut ainsi effectuer un approvisionnement électrique fiable tout au long de l’année.

La prévision à court terme

  • Un outil opérationnel visant à prévoir le comportement énergétique de chacun des parcs éoliens a été mis en place à l’automne 2006 et sera optimisé en fonction de la qualité de la prévision des vents.
  • Un modèle de prévision des vents est aussi en cours de développement.
  • Hydro-Québec TransÉnergie doit, de concert avec Hydro-Québec Production, poursuivre des travaux en vue de composer avec l’effet combiné des aléas de la prévision à court terme de la demande et de ceux de la production éolienne.

Mise à jour le 2012-02-03 21:04:30